À un être cher

Publié le par Perséphone

Un écrit pour quelqu'un, pour il, pour lui et seulement lui... 

/Il avait la peau basanée, il était typé méditérranéen. J'ai le souvenir de grands yeux noirs cachés par des lunettes amochées qu'il avait depuis fort longtemps, son visage était fin, ses lèvres épaisses, les sillons blancs de l'âge parsemaient ses épais cheveux d'ébène. De taille moyenne avec de grandes mains de travailleur balafrées : maçon, dessinateur, électricien il était doué et j'aimais regarder ses carnets " gribouillés " de dessins au stylo bille. Chaque jour il buvait des litres de café et une cigarette pendait perpétuellement à ses lèvres. Il parlait peu et encore moins de ses problèmes, la solitude de sa chambre et la quiétude du silence lui plaisaient. L'injustice le révoltait et alors il tenait ses discours philosophiques qu'il affectionnait tant, mais aucune de ses paroles n'étaient accompagnées de gestes brutals ... C'était un secret, toutes ses douleurs et ses angoisses n'étaient confiées qu'à des feuilles qu'il accumulait dans ses tiroirs. Il émanait de cet homme une présence puissante, une bonté sincère, une mélancolie douloureuse que je n'oublierais jamais.  

/Je me souviens de l'immeuble où il vivait au quatrième étage, le dernier, dans ce grand bâtiment grisâtre sans charme. Quand la porte s'ouvrait son chien Ouranos se jetait sur nous et lui à l'arrière esquissait un faible sourire. Je crois que j'avais quatre ans guère plus, j'étais heureuse de le voir vêtu de ses habits de travail crasseux et de ses larges chaussures trouées au niveau de l'orteil. Ca n'était pas un grand cuisinier, il préparait des frites ou servait du soda et appréciait un petit verre de pastis. Nous mangions donc gaiement en compagnie de ma mère, de ma grand-mère et de quelques cousins il me semble. J'étais petite certes mais j'essayais de capter ces conversations d'adultes qui me parassaient alors si complexes et intérressantes. Sa voix n'avait pas l'ascendant sur les autres elle savait se faire discrète mais à vrai dire je ne l'a connais plus et j'aimerais parfois qu'il me souffle à l'oreille afin de pouvoir la retranscrire parfaitement. Après avoir déjeuner je le rejoignis dans la cuisine où il fumait en observant le ciel caressant le pelage de son fidèle chien pensivement. Je me souviens  ( comme beaucoup de membre de ma famille ) de ce que je lui dis alors : 
" Tu es mon meilleur ami " 
Il rit doucement il ne s'y attendait pas c'était certain. Pourquoi mon meilleur ami ? Parce que les paroles d'enfants ont un sens profond, véritable et spontané. Il n'y a d'autres mots pour dire que je l'aimais et que je comptais sur lui. Aucuns de mes camarades de classe ne se verraient attribuer un tel titre, c'était lui et personne d'autre ! Je l'ai pris dans mes bras et j'étais bien car les bras de son meilleur ami ne valent aucuns autres. Ce souvenir est resté gravé en moi et il le restera longtemps. Depuis personne n'a sût l'égaler à ce titre ... 

/Cela fait quatre ans qu'il est mort et c'est à mes quatre ans que je lui confiais sa place en mon coeur. Sa présence me manque et je dirais qu'au sein de ma grande famille il était et est encore le plus calme, un philosophe, un penseur non reconnu, une âme naufragée sur Terre. Il est étrange comme une personne silencieuse et discrète sait s'imposer par son magnétisme puissant, par sa douceur. Quand je pense à lui ce souvenir revient instantanément et je regrette alors de l'avoir connu dix ans seulement. Sa mort était innatendue et soudaine mais je rêve parfois de lui et la force qu'il me prodigue m'aide à continuer. 

Territory of Broken Dreams, Alexandra Demenkova, Tver Region, 2007

Territory of Broken Dreams, Alexandra Demenkova, Tver Region, 2007

Publié dans ✎Ecrits✎

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Matilda, je me propose pour corriger tes textes quand tu les a fini. Y'a des choses à améliorer, même si c'est assez incroyable le talent que tu as pour ton jeune âge. Tu ne me connais pas, pourtant je t'ai vu pratiquement naître. Je suis Luc, l'ami de ton père. N'hésite pas à me contacter.
Répondre
P
Bonjour Luc ! <br /> Je te connais par le biais de mon père et suis vraiment heureuse que tu visites mon blog ! J'accepterai avec plaisir ton aide sur mes textes que je tente d'écrire avec tout mon cœur ! Je te remercie pour le compliment ;) <br /> A bientôt je te contacterai
P
très bon texte! très vraisemblable touchant))) bise
Répondre
P
Merci, merci, merci ! C'est un texte écrit avec l'âme !
L
Impec, nickel. See you soon.
P
Merci pap* ! <br /> Gros bisous et bon mercredi
P
Je te remercie Quichottine ! <br /> Et ce meilleur ami là est vraiment particulier à mon cœur.<br /> Bonne journée
Répondre
Q
Ton récit est très émouvant.<br /> Un meilleur ami est important pour un enfant... et son souvenir perdurera j'en suis certaine.<br /> Passe une douce journée Perséphone.
Répondre